Piste 1 – #17

17ème édition de « Piste 1 », bonjour à toi. Aujourd’hui, pour ce « retour », p’tite sélection des familles !

Greetings !

Cette dix-septième édition comporte :
– un article rédigé par un pigiste « OVER 9000 ! »
– un playset de 7 titres d’une durée de 26 minutes, comportant divers genres et artistes
– une illustration « Made in Hyahya » a.k.a 47 (« Universe’s Mother »)
– une personne qui va souffrir pour la lecture et l’écoute (a.k.a « un lecteur »)
– un sentiment d’amour de la musique (dans toute sa diversité) et de l’être humain (traduisons le : « Et si on dessinait un quart de smiley sur nos mains ?! »)

Pour ce retour du format « Piste 1 », je veux juste faire une parenthèse avant le début de l’article pour parler d’une chose qui est importante à souligner.


Si vous n’êtes pas encore au courant, récemment l’artiste Avicii est décédé, bien que je critique souvent la musique « mainstream », Avicii a été un acteur majeur de l’industrie musical et de l’industrie de la musique électronique en général. Il a été le précurseur et le catalyseur du genre « EDM/Dance » pendant de très longues années (l’est encore et le sera à vie), il a permis l’émergence d’autres artistes, il les a énormément inspiré, la totalité des artistes dont je parle à longueur de temps, ces fameux « indie musicians ». Avicii a sublimé mon adolescence, l’a rendu « vivante » à travers ses titres, sa musique, sa vision de la musique électro’. Beaucoup lui ont rendus hommage, que ce soit sur les réseaux sociaux, Youtube, IRL ou sur Soundcloud. Même si je ne suis qu’un homme parmi l’Humanité, juste qu’une note dans une de ses œuvres. Avicii m’a marqué, m’a préformé, merci Avicii pour tout ce que tu m’as fait ressentir. ♡

)


Killing Spree

Bien, j’ai eu le temps d’essuyer mes larmes. Passons à la décomposition de la playlist à travers mes commentaires douteux et scabreux, sur fond de musique épileptique.

Madeon x Porter Robinson – Shelter (Keyef x Pazuriis Evil Remix): Direction (encore) l’un des titres marquants de ces dernières années, « Shelter » (que je vous ai déjà présenté : « Piste 1 #16« ) mais cette fois-ci avec un genre plus « urban ». Le titre en ressort plus « violent », plus « dur », il devient saillant dans le marquage du tempo. Le titre est beaucoup plus métallique tout en gardant l’asset « japanese-girl-voice.mp3 » et surtout le piano (qui, dans le titre original, débute-poursuit-fini le titre, il est le facteur principal du titre). Petit bémol, petite déception (quand même)sur le double loops de la phase « dubstep/grime » qui perd sa fraicheur à force d’être sur-utilisé et cantonné à son rôle de « bouche-trou ».

Kasbo – Bara Du : Un peu de douceur après ce violent badtrip. Je vous présente « Kasbo », jeune artiste suédois avec « Bara Du » (« Juste toi » en français). Si j’ai choisi ce titre, c’est juste « pur feelings », ce titre me fait penser aux personnes que j’aime. On oscille entre plusieurs phases, plusieurs plans, tantôt Future, tantôt EDM. J’ai ressenti le doute, l’angoisse autant que de la joie. Ce p’tit gars, il va falloir le retenir !

Front Royal – Blasé : Grooooooosse trap en approche, de retour « en enfer » ! Petit nouveau aussi, si j’ai choisi « Blasé« , c’est clairement pour cette ambiance à la Clark (typiquement ce qu’on aurait pu entendre dans un « The Smell of Us« ), très « angoissante », « creepy » avec du son bien métallique, sur un tempo ultra-rapide avec des punchlines bien sales. Je retiendrai surtout l’instru’ qui envoie du lourd tant sa composition est complexe.

Win and Woo – Every Feeling : On redescend en pression, on souffle. Titre EDM-pop, cela fait du bien un peu de « fraicheur » dans ce style lessivé de toute(s) personnalité(s). C’est entêtant, posé et joyeux tout en gardant un certain coté mélancolique, un bon son pour commencer l’été, période de tout les vices et envies.

Kraftwerk – Radioactivity :  Je peux enfin sortir le AK pour crever cette jolie bulle de « positude ». Il a presque été mon coup de cœur (qui sera le dernier titre). « Radioactivity« , c’est un petit bijou dans son genre, ce titre croise la trap, la psychétrance, la deep house et la tek’ pour faire naître un « style », celui de Kraftwerk. Il est difficile de décrire ce sentiment d’oppression joint à une atmosphère surréaliste, tout devient lent, épileptique comme sur ton vieux PC quand tu es sur  LoL en teamfight avec 3fps. Puis l’instru’ démarre et engrange le nom des armes nucléaires et toutes les catastrophes nucléaires que l’Humanité a commise, a connu. On est pris dans une spirale infernale qui  nous engouffre dans les limbes étranges d’une voix de Vocaloïd.

Losi – I’ll do Better : On remonte la pente, on respire de nouveau l’air chaud d’un été en avance de quelques semaines. Après le trauma’ et la prise de conscience dû par « Radioactivity« , on positive et on se dit « Do it ! » et on agit, on change. « Changer », modifier ses habitudes, ses comportements mais c’est aussi rester lucide sur ses changements. On arrête de réfléchir, on se pose. Ferme tes yeux après la fin de cette phrase, respire un grand coup. Voilà. J’espère que « tu » vas un peu mieux, on peut passer ensemble sur ce qu’a été (pour moi) la création de ce « Piste 1« . La musique de Losi m’a fait l’effet d’un choc après ma découverte du titre de Kraftwerk. Il est temps de prendre des risques, ça ne peut être que « meilleur » même si ça sera fait de façon maladroite et malaisante. [insert-gif  !] . . . (Done, U bitch ♡ !)

Virtual Self – Ghost Voices : On termine sur de la néotrance, conclusion parfaite pour clôturer ce playset très « extrême » dans son évolution, oscillant entre son agressif et petite EDM-pop posé. « Ghost voices », je le connaissais déjà « avant » (sans le savoir) grâce aux versions retravaillés de Convex et de Hex. Ces deux versions d’ailleurs, son très différentes (un peu comme les remix de « Shelter« ), le premier donne un coté très « Future », très « pop » alors que le deuxième, en découle un flot mi-trap, mi-deep house, plus « sombre » et « métallique ». En écoutant (enfin) l’original, j’ai compris, c’est un équilibre parfait entre la « future » et la « deep house », ça rend un sentiment très « pur » tellement ce son est travaillé. Il intrigue, envoûtant. Voilà pourquoi c’est mon « coup de cœur ».


Voilà, cette édition de « Piste 1 » est à présente terminée. Je te remercie profondément pour ta lecture, si cela t’intéresse, j’essaye tous les jours de mettre des titres qui me marquent sur mon twitter (#TrackOfTheDay) /!\

Si tu as des questions ou juste envie de réagir, je te laisse t’exprimer dans l’espace « Commentaires » ainsi que via l’oiseau bleu et le facebook de l’artboratoire.

xoxo Hyahya’


Accès direct aux commentaires

L'article vous plaît ?

Vous avez sûrement un avis à partager !

* : requis.

Lire les commentaires (2)

[…] de « Piste 1 » et de ses suivantes. (d’où l’attente « très longue » entre « Piste 1 – #17 » et […]

[…] Self – Ghost Voices (Shadient edit) : /remember Piste 1 #17/ Même des mois après, « Ghost Voices » intrigue, passionne les amateurs de musique […]