Piste 1 – #18

CHILL  OVER 9000

 

Where am I … Can I exist ?

 

Bonjour, bonsoir à tou.te.s pour ce nouvel épisode de la « télé-dramala » Piste 1. Aujourd’hui, épisode n°18, l’épisode de la non-hype absolue mais avant de rentrer plus en détails dans l’analyse des titres choisis, je tiens à ouvrir une parenthèse.


L’été approche avec prudence cette année, il n’empêche que les artistes de la scène indépendante choisissent (toujours) cette période de l’année (de début Mai vers fin Juillet) pour sortir les plus gros « bangers » de l’année, en priant pour être programmé aux festivals. J’ai délibérément choisi de ne retenir aucuns titres de cette « mouvance »-là dans cette édition de « Piste 1 » et de ses suivantes. (D’où l’attente « très longue » entre « Piste 1 – #17 » et celui-ci.)

Même s’il est vrai que les titres que j’ai choisi d’oblitérer sont très bons d’un point de vue technique, avec une complexité d’assets assez affolante… Il n’en reste que le but initial dès la création de ces titres sont de « plaire » au plus grand nombre, je me suis d’ailleurs beaucoup penché sur les différents mixtapes/lives de différents artistes lors de l’EDC Las Vegas qui vient de se finir (s’étant déroulé du 17/05 jusqu’au 19/05). Il y a du très très lourd là-dedans, je le reconnais. Mais ça reste quelque chose d’artificiel dans sa création, il y a rarement de but artistique derrière, d’où mon choix de ne pas les citer.

De ce fait, vu que j’ai bouffé des tonnes et des tonnes de « gros sons » dans la gueule ces dernières semaines, et que j’en suis « saoulé » (pour rester poli), j’ai choisi de faire une édition « chill out » (ndlr : « détendu » ; en 2014 on disait « POSAYY », en 2018, on doit certainement dire « Je ne suis pas inscrit sur twitter ») pour préparer l’arriver des « summer hits » de cet été 2018 !

Askip, il pleut chez-moi (cc Nîmes), donc faut pas être « trop-trop » pressé.e non plus pour l’été … !

Fermer la parenthèse.


Cette édition est donc composé des titres les plus « chill » que j’ai pu trouvé ces dernières semaines, avec plus de 8 titres, d’artistes différents (et pour la plupart « nouveaux » dans Piste 1).

Petite nouveauté, pour plus d’esthétisme, le fameux « coup de cœur » de la sélection sera représenté par un élément typographique symbolisant mon ressenti affectif lors de l’écoute et le « top », c’est qu’il est trop mignon (aka « une emote ») ! 😱

Pose ton gun.

B.miles – Salt : On débute tranquillement avec « Salt« , de B.miles. On commence doucement avec une petite balade « edgy », mêlant une pop saturée avec une ligne de basse (à base de basse (l’instrument)) qui ne cesse de s’enfoncer dans les basses pour enfin éclore en un écho distordu). J’ai ressenti une certaine « sérénité » dans ce titre, même si le tempo accélère petit à petit, le son garde une certaine « platitude » pour exploser dans un refrain sur-saturée, déformé par le riff de la basse. On oscille entre un écho de riff et une voix qui disparaît progressivement pour laisser place au loop.

Comodo ft Naji – C’mon Boi : On continue avec ce que j’appelle une « chill trap ». On garde l’architecture de la trap que l’on va « calm down » avec une forme de house/future. Le titre est plutôt court (c’est plus une sorte d’asset sorti de son contexte qu’un son complet). Cette soul envoûtante alliée à cette instru’ trap rend très très « chill », en espérant que Comodo nous sorte un gros son prochainement, ce petit est prometteur !

okin – Booty : Que se passerait-il si on fusionnait « Salt » et « C’mon Boi » ? « Booty« . J’ai découvert « okin__ » via « WiLD COLLECTiVE » (un collectif artistique qui m’a permis, par le passé, de vous présenter des artistes  comme NIKÖ BLANK ou nöair, que j’ai présenté sur twitter via le fameux « #TrackOfTheDay ». Je vous invite d’ailleurs à écouter un peu plus les titres que ce collectif édite et produit, ça vaut le détour !) en tant que « petit nouveau » du collectif, j’ai voulu le découvrir et je l’aime déjà. C’est punchy tout en étant détendu, c’est groovy et doux en même temps, c’est typiquement le genre de « néo-trap » que les artistes coréens savent créer. Une alchimie parfaite sur laquelle on met une petite touche de chantilly, un sample de Iggy Azalea qui rehausse le « niveau » du titre. DAMN !

slushii ft Hatsune Miku – Through the Night : La nightcore peut-elle être « chill » ? … Je pense que « oui » d’une certaine manière, même si en général, les titres « chill » ont un low tempo et des assets « polis » pour s’incruster en fond d’un titre, je pense que slushii nous a pondu une PUTAIN DE FUCKING Nighcore x Future, chill au possible ! « Reposant » dans le sens où le titre nous prend par la main et nous pointe du doigt un feu d’artifice de basses sur-saturées « volume au max » qui arrivent avec violence dans vos yeux. Cela pète de partout, ça scintille, ça explose, le ciel s’embrase et on reste pantois, déconcerté, ébahi par ces couleurs flamboyantes qui éclosent dans la nuit noire mais on reste « détendu », « émerveillé ». Pour moi, ce titre, c’est la même allégorie.

Ye x Far & Few – iwantuu : On repasse sur quelque chose de moins « exotique » avec une forme plus EDM, plus « dance ». Certains ont tendance à délimiter musicalement le « chill » à certains genres bien précis (Moombaton, reaggea, trance, rock alternatif …), une limitation que je trouve absurde. N’oublions pas que « (le) chill » est un affect, un ressenti. C’est une sensation de « bien-être » intérieur, de la relaxation subjective. Chaque « genre », chaque petite « boite » que l’on utilise pour ranger/délimiter/classifier les différent.es formes et aspects que peut revêtir la Musique peut être « chill », il suffit juste de trouver les bonnes structures/assets/formations. « iwantuu » est une perle perdue dans la Matrice, on pourrait se dire dès les premières secondes d’écoute : « Ouais, okay lazy boy, c’est de l’EDM avec une connasse qui jouit en boucle pendant qu’un genre de cithare « chling-chling » en rythme » et je répondrais un truc du genre : « Heu… Ok bra, now shut’the fuck’up & swallow your mainstream trap ». Pour moi, ce titre, c’est la représentation imagée du « crush », il nous mange le cerveau pour nous embobiner, pour mieux nous rembobiner. FIRE.

Minnesota – Snake Charmer : Chaleur en vue. Dès les premières notes, j’me suis dit : « OMFG THAT IS KALAHARI ! » (#LesVraisSavent #RememberP1Number2 #CTMIEUAVAN). Ambiance orientale, grosse bass-trap, on est dedans. « Asset_vocal_féminin » envoûtant, enivrant, je me suis perdu dans ce flow continu de sensualité, toujours plus fiévreux, toujours plus violent. C’est une lente agonie qui attend tous ceux qui cherchent à « analyser » cette structure complexe, semblable à un mille-feuille : Une crème pâtissière onctueuse (pour le loop de l’asset de la voix féminine), des couches de pâte feuilleté (pour les différents loops « typés Trap », l’instru), le tout surmonté d’une couche de pâte feuilleté où l’on a légèrement déposé du sucre glace (le « back-asset » en fond). C’est sucré, doux tout en étant croustillant et légèrement résistant . . . !

// josh pan & X&G – paradise : Ok, il est tant de poser les « bails ». Josh nous a pondu un putain de motherfuckin’ « lit banger », on s’attend à du gros son, de bonnes grosses basses (qui, dès le début, résonnent en fond en « poping »), on l’attend ce loop qui va marquer le refrain ! Il est « teasé » dès le début du titre, on l’attend ce « paradis » qui nous est tant promis et là *BAM BITCH*, tu te prends un putain de loop que personne ne voyait venir, on s’fait « rekt » le cerveau. « wicked » loop. Je m’attendais à une bonne grosse « pédale à gaz », à un gros drop à la Ghastly/YOOKiE. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant « surpris » d’un loop, c’est rafraichissant et pourtant, j’ai de la bouteille à ce niveau !

thook – wonder : On part sur quelque chose de plus « ambient » pour ce dernier titre du playset. Pour moi, ce titre incarne le concept « chill », c’est la quintessence de la méditation. On oscille entre un sentiment de menace, d’angoisse (via le « low tempo » et les basses) pour, ensuite, exulter avec une douce partition de piano, soudain, tout implose. C’est une seule note, une.putain.de.note, une voix. Je me suis pris au jeu, j’ai fermé les yeux et je suis « parti ». J’ai échappé, quelques minutes, à mon quotidien et ça fait tellement du bien … Je ressens le même sentiment quand je termine un jeu, quand je découvre de nouvelles options sur Photoshop, quand je suis heureux. Une incroyable découverte, merci « thook » et « jacob james » (le pianiste du titre) pour cette berceuse illusoire qui m’aura permis de découvrir l’essence même de « l’absolution » : « DIVINE ! »


/BONUS TRACK/ >

Kori – Then she spoke : Car il faut faire des choix dans la vie, je n’ai pas pu intégrer « directement » ce titre (pour éviter de faire un playset de 5h) mais je me devais de le citer, d’une manière ou d’une autre. Ce titre « ambiant » est une ode à l’aventure, chill adventure.


See u Soon

Voilà, cette édition n°18 est à présent terminée. J’espère que vous vous êtes reposé.e.s en lisant/écoutant cet article/cette sélection. Pendant les quelques semaines qui ont séparé « Piste 1 #17 » et cette édition, je me suis « refait » un stock de titres à vous présenter, à très bientôt du coup !

N’oubliez pas de commenter, retweeter, partager, liker cet article (s’il vous a plus) sur les différents réseaux de l’artboratoire : twitter, facebook.

Si, comme moi, vous êtes un aventurier musical, n’hésitez pas à me proposer des titres/participer aux « Piste 1 » via mon compte twitter.

 

Dernière petite note : Nous sommes en Juin et comme chaque année, c’est le mois « de la fierté ». En tant que membre de la communauté LGBT, il fallait que j’en parle, ou du moins, que je le rappelle car il existe encore sur Terre des gens qui pensent que la sexualité et le genre sont des archétypes « négatifs » à l’égard de la société. Never forget what am I ! 🏳️‍🌈

xoxo Hya’


Accès direct aux commentaires

L'article vous plaît ?

Vous avez sûrement un avis à partager !

* : requis.

Lire le commentaire

Je connaissais assez peu de titres de la sélection ; toujours aussi choeutte de découvrir de nouveaux sons 😀

> Vraiment impressionné par le boulot d’ambiance d’okin__ pour Booty. Bon, le sample vocal d’Iggy, c’est pas trop mon truc, mais je salue l’habillage sonore.

> Grosse surprise du côté de slushii. Je ne m’attendais pas à un résultat aussi incisif.

> Ye x Far & Few ont produit avec iwantuu une musique assez proche de ce que j’écoute plus régulièrement. Les sonorités finales typées cuivres sont plutôt plaisantent et dynamisent bien le final !

> Toujours aussi fan des assets vocaux sur Snake Charmer.

> wonder est mon gros coup de coeur de la sélection, indubitablement. Les différenciations de percussions, la montée lente en puissance avec la saturation… parfait !

A très vite j’espère !