Flume-moi ça !

Par

Flume © Hyacinth Aorchis (covers des musiques de Flume)

Partager 👉

Cet article vous plaît ? N'hésitez pas à le partager 👉

Besoin d’un peu d’énergie pour commencer votre journée ou de vous ressourcer après une journée difficile ? Flume est là pour vous !


Avant de commencer cet article, je vous recommande énormément d’écouter cette playlist en parallèle de votre lecture !

Temps d’écoute estimé : 22 minutes


Flu… Qui ?

Harley Edward Streten, communément connu sous son pseudonyme « Flume » est un Dj d’origine australienne.

Il se lance sur Soundcloud lors de l’année 2011, avec trois titres. Devant une popularité grandissante sur cette plateforme, surtout pour un de ses titres (« Sleepless »), il est repéré par le label « Future Classic » (un label indépendant australien) qui lui permet de sortir son premier EP. Pour les non-connaisseurs, un « EP » (ou « Extended Play ») est un format entre le single et l’album, plus long qu’un single mais plus court qu’un album.

L’année suivante, suite au succès de son premier EP, Flume sort son premier album éponyme, qui est acclamé par les critiques, toujours avec « Future Classic ».

Pourtant, Flume reste enclavé sur le sol australien. Il faudra attendre février 2013 pour se lancer à l’international, avec la sortie de son album sur le sol américain via le label « Mom + Pop Music » – là encore, son album a d’excellentes critiques. Fort de ce succès, le jeune homme se fait connaitre de façon planétaire via son remix de la chanson « You & Me » du groupe britannique Disclosure la même année, cette célébrité tenant également du fait qu’une grande marque au crocodile vert l’ait utilisée dans certains spots publicitaires.

Flume continue sur sa lancée en sortant un nouveau remix en 2014, à l’occasion du Coachella Festival, il appose son empreinte sur le célèbre tube « Tennis Court » de Lorde. Pour les non-connaisseurs, le Coachella Festival est un véritable étendard de la musique électronique, il fait partie du cercle très privé des quatre plus gros festivals mondiaux dédiés à la musique électronique.

Placeholder Flume au Coachella Festival
Flume au Coachella Festival de 2014.

Il faudra attendre février 2016 pour le revoir sur scène, avec la sortie de « Never be like you » en collaboration avec l’artiste Kai. C’est aussi à ce moment qu’il annonce la sortie de son deuxième album, « Skin ». En avril, il sort « Say it » en collaboration avec Tove Lo et fait savoir via les réseaux sociaux que l’album sortira en mai 2016, produit par le label « Transgressive Records ». Depuis, il a enchainé sur une tournée mondiale, encore en cours.

Flume a eu un parcours « classique » dans l’industrie musicale. Simple petit DJ sur internet, il se fait repérer par un label indépendant qui permettra de lui donner assez de visibilité pour intégrer des festivals qui lui donneront la légitimité pour être signé par des labels plus importants.

Reconnaître Flume sans Shazam

Flume s’inscrit principalement dans l’EDM (« Electronic Dance Music ») ; terme couramment utilisé pour illustrer la « scène commerciale » de l’industrie musicale. C’est le mot qu’on utilise pour dire : « ça c’est le type de musique que va vendre Universal & co car ça fait du pognon » avec différents variantes de house mais principalement de la deep house qu’il caractérise très bien avec « Say It » ou le remix de Disclosure « You & Me ».

Mais Flume a aussi prouvé qu’il maîtrisait les codes d’autres types de sons comme un variante drum & bass avec son remix de « Tennis Court » ainsi que des variantes extrêmement trap comme avec « Smoke & Retribution » ou « Lose It ».

À travers les années, Flume a réussi à forger son propre style, il touche à toutes les variantes et y appose son empreinte. Son style peut se résumer, très grossièrement, à un tempo synchronisé via des basses où les autres tonalités sont connectées entre-elles grâce à ces dites-basses de façon asynchrones.

Cela donne cette impression cyclique de « montée » et « d’éclatement », où il ajoute (pour ses remix) des samples de la chanson ou la voix de l’artiste.

Pour donner un exemple abstrait, c’est comme si vous faisiez un bouquet de fleurs à base de fleurs rouges et que vous y mettiez aussi un tout petit peu de fleurs avec des teintes d’oranges, de jaunes ou de magentas pour faire ressortir le rouge.

Kit musical : « Flume pour les nuls »

Si un jour, le groupe Illuminati vous kidnappe et que votre survie dépend de votre culture musicale sur Flume, que faut-il répondre ? Je suis là pour ça, voilà donc quelques titres qui vous sauveront la vie et qui sont dans la playlist que vous écoutez peut-être actuellement !

Flume – Sleepless > Un titre avec une ambiance jazzy, un fond sonore « ultra-reverb » avec cette entêtante voix qui tourne dans un loop infini et cette petite étincelle de joie qui vous donne envie de danser, même après la fin du titre. Petite astuce : n’écoutez pas cette chanson pendant une soirée bien arrosée, les vidéos qui en sortiront vous le feront regretter … !

Disclosure – You & Me (remix by Flume) > On ne le présente plus celui-là, il vous a hanté pendant la moitié de l’année 2014, que vous soyez sur la plage en train de bronzer à la place de travailler ou lors de cette fameuse soirée au chalet ! Il est là aussi « très reverb » avec ce crescendo de violons qui éclate comme un ballon de baudruche en stop-motion via ces grosses basses, une libération !

Lorde – Tennis Court (remix by Flume) > Titre clairement moins « house/dance », néanmoins tout comme « You & Me » il y a ce crescendo de basses qui montent, montent, montent jusqu’à éclore sur un son très métallique, très saturé, très « garage », « dubstep » dans l’âme. En fond, un rythme sommaire basé sur un « clap », qui donne le tempo que doit adopter votre petit cœur pour suivre le crescendo.

Flume – Never be like you (ft Kai) > Toujours ce crescendo de basses et cet espèce de « clap » pour le rythme, cependant ce titre est un peu un retour aux sources pour Flume, qui retrouve cette approche de la musique comme un support pour danser.


Voilà, vous savez qui est Flume, vous pourrez à présent dire à vos amis proches que vous écoutez de l’électro (presque) « indie » (« indépendant(e) »), ce fut un plaisir de vous présenter cet artiste que j’apprécie beaucoup et surtout bonne chance pour votre QCM chez les Illuminati !

Je vous remercie de m’avoir lu jusqu’à cet épilogue, pour une première, c’est toujours un peu stressant donc si vous avez des conseils à me transmettre, des avis pour améliorer le format, me notifier vos ressentis en écoutant les musiques de Flume ou même des questions, n’hésitez pas à les laisser dans la partie « commentaire » de cet article ou alors sur les réseaux sociaux (Facebook ou Twitter) de l’artboratoire !

Je vous dis donc à la semaine prochaine pour la découverte d’un artiste que vous ne connaîtrez certainement pas !


Accès direct aux commentaires

L'article vous plaît ?

Vous avez sûrement un avis à partager !

* : requis.

Lire les commentaires (5)

T’es payé combien ?

Deux cacahuètes par article.

Et t’aimes bien les cacahuètes ?

J’arrête de troll, bienvenue à toi o/

Merci pour la bienvenue !

NB : Les cacahuètes ne sont pas grillées et en plus natures … !