Orlin Culture Shop, des illustrations au style inimitable

Si vous cherchiez comment en prendre plein les yeux, vous avez cliqué sur le bon lien. Avec ses textures et ses couleurs qui s’accordent parfaitement, Brian Edward Miller (à la tête du studio Orlin Culture Shop, ou OCS) est un artiste complet.

Au départ, c’est un graphiste pluridisciplinaire. Au fil du temps et des missions qui lui étaient confiées, il s’est rendu compte que l’illustration était ce qu’il aimait le plus, mais ce qu’il faisait le moins. Pour pallier ce manque, il s’est imposé des heures d’illustration et de création pures, matin et soir. Il l’explique lui-même dans cette interview de Pushing Pixels. L’idée de créer son studio (Orlin Culture Shop) lui est venue d’une envie de multiplier les genres. C’est un challenge pour un artiste de se lancer dans une aventure comme celle-ci, mais également une manière de se tester et de voir jusqu’où il est possible d’aller. Une motivation universelle pour un résultat à couper le souffle.

Les formes et les couleurs sont exceptionnelles, vous en conviendrez. Brian Edward Miller possède un sens du détail prononcé, lui permettant de donner vie à ses illustrations. Sa façon d’ombrer ou d’éclairer sont si uniques qu’on les reconnaîtrait entre tous. Observez bien cette texture presque « aérographique », et ces alliances de couleurs faites pour plaire à nos yeux. Des notions de perspectives à faire jalouser un architecte, et ce, rien qu’avec les teintes de couleurs… C’est à en rêver ! Ses formes sont directes et franches, pas ou peu de places pour les formes suggérées. Nous sommes là devant des œuvres qui sont mûrement réfléchies avant d’être produites.

Orlin Culture Shop – Wings Over Washington

Orlin Culture Shop – Wings Over Washington © Brian Edward Miller

D’ailleurs, Brian Edward Miller fait partie de ces artistes chez qui le rendu final est extrêmement proche de l’œuvre imaginée. Pourtant, lui aussi est sujet au « syndrome du fichier blanc », l’équivalent de la page blanche de nos amis auteurs. Mais sa technique pour contrer ce problème est des plus simples : il se pose et dessine malgré la peur et le doute, il fonce dans le tas, autrement dit. C’est ainsi qu’il finit toujours par réussir là où il avait jusqu’alors échoué. Ça donne de l’espoir quant à nos propres petites personnes, car que l’on soit artiste, ou pas, le seul moyen d’avancer, c’est bien de faire le premier pas, non ? Pour connaître comment notre Brian d’Orlin Culture Shop avance, il met à disposition des articles sur son blog. Ceux-ci permettent de voir les étapes de création dans ses projets. Par exemple, voici son projet en association avec le Musée d’Histoire Naturelle de LA (rien que ça). Sur son blog, il propose de découvrir le processus de création de ces deux illustrations.

Orlin Culture Shop – Natural History Museum of LA

Natural History Museum of LA – © Brian Edward Miller

Orlin Culture Shop – Natural History Museum of LA

Natural History Museum of LA – © Brian Edward Miller

Orlin Culture Shop ne se veut pas spécialisé dans un type de représentations en particulier. Brian Edward Miller dessine tantôt des paysages naturels devant lesquels il fait bon se poser, tantôt des visions futuristes qui auraient pu inspirer bon nombre de fictions cinématographiques. Le concept art nous saute presque à la figure : en effet, l’art par l’idée est une technique assez prodigieuse et compliquée. Il est là encore maître de son art, et peut décider de répondre à ce projet client, ou pas (la liberté que peut s’octroyer l’indépendant). Pourtant, malgré une grande propension personnelle à illustrer des paysages de nature depuis la création du studio, c’est dans l’univers du game design qu’Orlin Culture Shop s’illustre depuis quelque temps.

Orlin Culture Shop (et donc, Brian Edward Miller) est un studio à surveiller de très très près. Il a déjà collaboré avec beaucoup de grandes marques comme Adobe ou GQ Magazine. Cela ne fait pas de lui un meilleur illustrateur que les autres, mais ça lui apporte la reconnaissance que beaucoup espèrent avoir un jour. Même si, pour lui, la meilleure chose dans le métier d’illustrateur indépendant est de pouvoir vivre de sa passion, vivre dans ce rêve qu’il a depuis petit.

Et en attendant de vivre les vôtres, si ce n’est pas déjà le cas, à vos crayons !

J’espère que cette découverte vous a plu ! C’est ma première publication, alors n’hésitez pas à partager cet article et à préciser en commentaire ce que vous en avez pensé !
Et puis aussi, allez faire un coucou à Orlin Culture Shop sur son site !

Cœur sur vous.
Marnie.


Accès direct aux commentaires

L'article vous plaît ?

Vous avez sûrement un avis à partager !

* : requis.

Lire le commentaire

Merci pour cet article et cet artiste au style effectivement très particulier. Ces couleurs qui claquent, ces plans délimités, cette harmonie aussi.
J’ai été particulièrement attiré, allez savoir pourquoi, par les arrières plans, les paysages lointains au second plan comme dans les trois premières images. Ces dégradés sont magnifiques et mis en valeur par le contraste avec le reste. Du Léonard de Vinci à la sauce numérique. La classe.
Je suis aussi interloqué par les personnages. Leur enthousiasme, leur posture est tout de même étonnante. Ce doit être mon côté français et sociologue à la petite semaine mais j’y trouve à la fois un hymne à la nature au premier degré et, au second voire troisième degré, une critique de nos sociétés qui, souvent, n’ont pas (assez ?) ce type de réaction. Parce que ces images ne sont pas la réalité, elles sont une vision d’artiste affirmée et le décalage est tellement énorme qu’il en devient troublant.
Merci encore pour cette belle découverte.
Au plaisir de voir la suite !