Fleurs © Oleg Oprisco

Oleg Oprisco : photographie surréaliste sans retouche

logo miniature

Oleg Oprisco : photographie surréaliste sans retouche

Partagez cet article
  • Partage Facebook
  • Partage Twitter
  • Partager via Google Plus
retour en haut

Il est l’heure de notre incursion dans les mondes poétiques de la photographie surréaliste… Cette fois-ci, Oleg Oprisco, une jeune photographe venu d’Ukraine nous fait visiter son univers onirique et coloré !


Fil tendu © Oleg Oprisco

Fil tendu © Oleg Oprisco

Alumettes © Oleg Oprisco

Alumettes © Oleg Oprisco

Partition © Oleg Oprisco

Partition © Oleg Oprisco

Livres © Oleg Oprisco

Livres © Oleg Oprisco

Asséché © Oleg Oprisco

Asséché © Oleg Oprisco

Mini biographie d’Oleg Oprisco

Le jeune artiste a travaillé depuis ses 16 ans dans un laboratoire photographique, avant d’aller s’installer à Kiev comme assistant photographe. Là, il bosse dans une agence de publicité réputée, mais n’y trouve pas son compte, regrettant une certaine liberté créatrice. À 23 ans, il se lance comme artiste indépendant et compose ses premiers clichés. Pour cela, il utilise un Kiev 6C acheté 50€ sur un marché aux puces. Oleg Oprisco est aujourd’hui pour le moins reconnu et enseigne la photographie a des élèves qui hallucinent toujours en voyant le vieil appareil dont il se sert…

Pluie de peinture © Oleg Oprisco

Pluie de peinture © Oleg Oprisco

Couple © Oleg Oprisco

Couple © Oleg Oprisco

Couture © Oleg Oprisco

Couture © Oleg Oprisco

Plume © Oleg Oprisco

Plume © Oleg Oprisco

Fleurs © Oleg Oprisco

Fleurs © Oleg Oprisco

Ni retouche, ni Photoshop ?

La particularité de cet artiste réside dans l’absence de retouche numérique de ses clichés (à la rare exception d’un équilibrage des couleurs par-ci, par-là). Contrairement à Erik Johansson, Vincent Bourilhon ou encore Dmitry Rogozhkin, que nous avons déjà croisé et qui utilisent Photoshop à qui mieux mieux, Oleg Oprisco construit ses clichés « dans la vraie vie » , redoublant d’inventivité pour arriver aux résultats qu’il capture avec son appareil photo argentique.

Parapluie et feu © Oleg Oprisco

Parapluie et feu © Oleg Oprisco

On avoue avoir du mal à y croire, pas vrai ? Voici quelques explications…

« Je suis habitué à tout faire moi-même. Je n’ai pas d’assistant donc la préparation d’un shoot photo prend plusieurs jours et s’accompagne de nombreux expérimentations et tests de prise de vue… Par exemple, le cliché avec le parapluie a été pris le sixième jour des prises de vue. J’ai utilisé plus de 50 parapluies, parce que je n’arrivais pas à choisir une combinaison de matériaux étant à la fois magnifiques en feu et sûrs pour le modèle » explique l’artiste. « Chaque photographie a son histoire. J’adore le procédé même si j’ai conscience que certains effets seraient plus facilement reproduits avec Photoshop. »

Anecdotes et photographies

Ces nichoirs ont été fabriqués pour l’occasion avec du carton et du bois…

Nichoirs © Oleg Oprisco

Nichoirs © Oleg Oprisco

Pour arriver à un tel résultat, un système complexe a été construit afin d’aider le modèle à monter et descendre du rocher en toute sécurité. Cela lui a pris une semaine pour tout préparer.

Vagues et rocher © Oleg Oprisco

Vagues et rocher © Oleg Oprisco

Le champ visible dans cette photographie a été utilisé pour plusieurs œuvres d’Oleg Oprisco. Il ajoute à ce sujet : « Cet endroit a un potentiel immense. Je peux y créer les concepts que j’ai en tête et interagir infiniment avec le décors. »

Le champ © Oleg Oprisco

Le champ © Oleg Oprisco

Rendons à César ce qui lui revient : ces différentes anecdotes proviennent d’une interview très intéressante réalisée par Flickr, que j’ai en partie traduit pour l’occasion (anglais > français). Si la photographie surréaliste vous intéresse, je vous invite à faire un tour du côté des artistes cités précédemment. Qu’ils utilisent des logiciels de retouche n’enlève rien à leur art ! D’ailleurs, on pourra noter que si Oleg Oprisco fait preuve d’une inventivité géniale pour recréer des effets tangiblement, les trois autres semblent gagner en liberté créatrice pure grâce au logiciel… À débattre !

D’ailleurs, n’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et/ou à partager l’article autour de vous. Si vous le souhaitez, l’artboratoire est aussi présent sur Facebook et Twitter.

Laissez un commentaire (un cookie offert)