Piste 1 – Sélection #4

logo miniature

Piste 1 – Sélection #4

Partagez cet article
  • Partage Facebook
  • Partage Twitter
  • Partager via Google Plus
retour en haut

Quatrième édition de « Piste 1 », cette semaine on va « lover », pleurer et se défoncer à coup de basses ! Oui, c’est toujours Hyacinth qui écrit mais bon, on devient « intime », Hyahya’ suffira !

Coucou, sélection 4, à toute ; pas l’temps d’niaiser les kids.

Durée : 24 minutes environ.

Askip on est en hiver mais y’a pas d’neige du coup j’ai prépare du son « chaud » pour rien !

Allez, on va tenter de faire plus court que le dossier sur Die Antwoord ! (j’ai assez usé mes doigts pour 2016 « wallah » !)

Alors on rentre dans le vif du sujet, on prend son petit casque, avec ses petites mains et on les mets sur ses petites oreilles, merci. Tu prends un p’tit whisky, un paquet de chips, tu mets tes lunettes de hipster et tu écoutes la musique PUIS tu lis PUIS tu réécoutes la musique et ce sans fin, s’teu plait, encore merci.

THEY. – Motley Crue (Phazz remix) : On commence par un titre très EDM, un poil dance, une bête de remix ! Voix envoûtante, fond sonore sensuel, ce titre c’est une petite atmosphère de « vrai loveur » les meufs et les gars ! (pas comme JuL, plz, respectez-vous et respectez l’Humanité) Petite ligne de basse des familles bien réverb’, qui crée les rails où le reste de la musique va s’appuyer pour exister et avancer. Premier « bullet time », arrêt de la respiration (l’moment où tu t’approches du mec/meuf que tu as croisé(e) du regard), reprise et au deuxième bullet time, tu fais le finish en mode « FATALITY ! ». ET BAAAAAM ! Oublie pas les papiers pour la pension alimentaire dans 9 mois ! <3

Reyna Biddy – 10 reasons I could never Stay : C’est mon petit secret à moi mais je suis un fanatique du jazz mais surtout du blues. Ce « genre » m’a beaucoup aidé dans le passé, quand j’en avais besoin. Le blues m’a permis d’accepter ma condition d’être humain « différent », accepter son image dans le miroir. J’ai une définition du blues très « personnelle » mais pour moi, le blues c’est comme « tenter de regarder dans le noir ». Au début, il n’y a rien mais il faut persévérer car, à un moment, les premières formes floues apparaissent et puis, on voit. Le blues, c’est se trouver dans les parties les plus sombres de soi, que l’on doit accepter. Quand je suis tombé sur cette artiste, Reyna Biddy, cette chanson m’a touché, ce mélange de blues et de rap est magnifique, se dévoiler dans un titre si « juste » dans ce dont il parle. Je vous laisse bien « saisir » son message. *coup de cœur de la semaine*

Suffer Ring – Phantom Glow : Quelque chose de plus sombre maintenant. Réverbération au maximum, loops incessants, voix auto-tunnées à outrance … ! Non ce n’est pas le dernier titre d’un rappeur mais bien Suffer Ring. Petit artiste qui tente d’émerger, je vous le propose à l’écoute pour son approche très « dark » de la musique électronique, certainement influencé par des artistes comme Alice Glass, Crystal Castles ou Dead Fetus ! Un artiste à suivre moi j’dis ! Si vous aimez, n’hésitez pas à écouter/réécouter son titre « Lecithin », c’est une tuerie dans son genre.

Dead Fetus & Charlie Dahmer – LIPGLOSS (BLVCK EYES remix) : J’en parle encore et toujours et je ne vous le présente plus. Le « roi en devenir » de la « dark pulse » actuelle, c’est bien sûr Dead Fetus mais cette fois-ci repris et amplifié par ce mix de Blvck Eyes qui est énorme. On en veut toujours plus de cette bass house anxiogène !

Crystal Castles – Chloroform (Dead Fetus remix) : Je sais, je sais mais il faut destocker ce qu’il reste de 2016 les kids ! Crystal Castles, je ne préfère pas les présenter maintenant. (askip’, y’a un big dossier prévu dessus en mode « reportage de danse contemporaine d’Arte » !) mais je vous conseille de vous y intéresser « maintenant » car va falloir bosser pour le prochain test du FBI ! « Chloroform », ce mot résume le sentiment que donne ce titre, cette angoissante descente en Enfer des basses et on reste là, inerte et statique, de cette chute lestée de glitch.

Dj Earworm – United State of Pop 2016 : J’vais la jouer cash, à la base, ce titre n’était pas prévu dans cette quatrième sélection mais il FALLAIT la mettre. Earworm, c’est un peu le boss final du remix de la pop/EDM mondiale et voilà son mix de la meilleure pop/EDM de cette année 2016 ! Du lourd les kids ! Maître en la matière, tout est raccord, tout est bien « monté ». Un délice pour vous enjailler avant la fête du bureau où la meuf de la compta’ va trop picoler et où le bâtard qui vous sert de supérieur va faire son gros beauf à raconter que « J’ai pu prendre que 20.000 euros de prime cette année, j’suis deg’, j’suis trop short pour Myconos cet été à cause de la 18ème maison que j’ai acheté ! » alors que tu galères avec un sous-SMIC de 800e par mois, en bossant à McDo (oui ça sent graaaaave le vécu). Alors toi, aventurier/ère de l’artboratoire, c’est « TA » musique ! Amuse-toi. *inférieur à trois*

C’était la dernière chronique de 2016, RT SI T TRIST !

Les enfants je tenais quand même à vous remercier sincèrement de me lire/d’écouter ce que je vous mets et puis, car on est intime maintenant … Le barbu hirsute qui a volé la totalité des bagages des TGV de la SNCF (en revanche, wallah, c’pas ma faute si les trains sont tout le temps en retard, inch’allah un jour on trouvera « pourquoi » ils sont jamais à l’heure mais bon, c’comme le respect, on l’trouvera jamais !) pour les mettre dans ses cernes en couverture EXCLUSIVE POUR L’ARTBORATOIRE (chô l’budget pour pub/com/market’ « kom mem »), c’est bibi et j’vous garde à l’œil ! (oui j’ai mis cette photo JUSTE pour c’te blague pourrie, j’assume).

En 2017, je serai toujours avec vous sur l’artbo’ pour du P’art’ition mais, peut-être aussi, une nouvelle rubrique ! (si j’ai la foi de faire des GIF ou des vidéos Youtube-money. Pour l’instant j’réfléchis au média/format et si j’dois foutre des insultes OU des boobs pour faire du clic, je donnerai des nouvelles quand j’aurai trouvé la réponse).

Plein d’amour, Hyahya’ <3 !

Laissez un commentaire (un cookie offert)